Esthétique du libre: engagement, participation, coopération > Penser le sens du code source

0 %
Loading Click here to add:
Add to notification list

My favorites With attachments Unanswered New My annotations
Reset filters
Get notified of changes by email

Reprenant la pensée philosophique de Gilbert Simondon et certains travaux universitaires de sociologie et de communication, cette présentation abordera la question du « sens » des logiciels libres, et en particulier de leur code source. Dans son ouvrage « Du mode d’existence des objets techniques », d’abord paru en 1958, mais aujourd’hui revisité, Simondon visait à susciter une prise de conscience du sens des objets techniques et ainsi réintégrer la technique dans le domaine de la culture. Pour Simondon, la culture reconnaîtrait certains objets comme porteurs de sens, mais en refoulerait d’autres, notamment les objets techniques, dans le monde de ce qui ne possède pas de significations, mais seulement une fonction utile. Pour Simondon, la posture permettant une prise de conscience du sens des objets techniques est celle, consciente, que la machine n’est pas une unité absolue, mais constitue plutôt une association de plusieurs éléments que l’humain a pour rôle de mettre en relation les uns par rapport aux autres. Les différentes études que j’ai menées dans les dernières années m’ont permis de constater que plusieurs des acteurs et actrices des logiciels libres entretiennent une relation avec le code source qui dépasse la dimension purement technique. Le code source est plutôt appréhendé dans sa dimension expressive, en tant qu’il est le lieu même de l’interaction et de la communication entre les membres d’une communauté. Dans cette présentation, j’aborderai de façon générale la manière dont les réflexions de Gilbert Simondon peuvent s’appliquer à l’engagement dans la conception des logiciels libres. J’approfondirai ensuite ces analyses à la lumière de mes propres travaux universitaires sur la sociologie du code source informatique.

Stéphane Couture
Stéphane Couture est professeur adjoint au sein du programme de communications du Collège Glendon à l’Université York (Toronto). Il est également membre du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO) de l’Université du Québec à Montréal. Ses intérêts d’enseignement et de recherche portent sur les aspects sociaux et politiques des médias numériques et de l’Internet. Il a réalisé plusieurs recherches sociologiques sur les logiciels libres, les médias alternatifs et la politisation des enjeux technologiques. Il a également été impliqué et est toujours engagé dans plusieurs organisations québécoises liées aux logiciels libres.

Lien vers le programme des RMLL 2017